26 janvier 2014 by

Regard sur soi, délires partagés

8 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

Après « regard sur soi, sensualité partagée« , il était un peu difficile de rebondir et de reprendre le cours de ce blog. C’est finalement mon homme qui me donne l’occasion de poursuivre  mes écrits.

Les larmes passées, nous avons pu discuter et j’ai découvert avec stupeur (et tremblement) à quel point ma spontanéité pouvait perturber. Prise dans mon tourbillon de changements, j’ai la facheuse habitude de laisser parler mes envies. Et les photos fusent au moindre coup de tête : une balade champêtre, hop une photo ; un essayage de vêtement dans une cabine, hop une photo ; un courrier à déposer à la poste, hop une photo d’exhib ; de nouveaux sous-vêtements, hop des photos sous toutes les coutures… Point besoin d’être accompagnée, je m’éclate toute seule comme une gosse…non, comme une adulescente que je suis.

Je n’ai pas pensé un seul instant que pour un esprit cartésien comme le sien, mon emportement puisse être vécu comme une agression. Il va donc me falloir apprendre à partager mes délires, ou tout au moins à les anticiper un minimum pour rétablir l’harmonie dans notre couple. L’impulsive qui sommeille en moi va devoir se réfreiner un peu. Car oui, je suis impulsive, spontanée, emportée, irréfléchie…appellez cela comme vous voudrez.

Un peu comme ce jour où, triant de vieux cartons de vêtements, je suis tombée sur cette marinière rapportée de Russie. Ni une, ni deux, je filais sous la douche pour un petit délire à ma façon (d’ailleurs pour les plus attentifs vous apercevrez la télécommande de l’appareil photo dans ma main… à condition de lâcher le reste des photos des yeux) : Sous la douche.

douche_lisbeth_seventy3s« Le talent s’exprime souvent dans la spontanéité de l’imprévu »

Marc Levy

8 Responses to Regard sur soi, délires partagés

  1. Lisbeth

    DE EDENGARDEN :

    C’est compliqué un mec Lisbeth …
    Simplement, prends le par main et fais lui découvrir ton chemin pas à pas …
    Je sais que ça tu sais aussi faire
    Et n’oublies pas … Carpe Diem

  2. LewisAndAlice

    Vraiment sympa cette petite série … C’est nous, les gars de la Marine
    Une série qui me rappelle aussi ces envies de bateau … En fait, Lisbeth, tu nous fait tout un remix de chansons enfantines (Il pleut Bergère, Il était un petit navire, …) remises, de façon très élégante, aux goûts du jour … Ou plutôt de nos envies « d’adultes » …

  3. comme une image

    C’est, dans cette étonnante série, finalement la plus crue (la n°5) que je trouve la plus émouvante – et pourtant, me direz-vous, on ne voit pas du tout votre carré court ; on ne voit même pas que vous êtes une vraie brune, uh uh uh).

    Personnellement, moi qui suis très cartésien, je ne vois pas en quoi c’est incompatible avec l’expression d’un exhibitionnisme spontané de bon teint. Si être cartésien, c’est être dénué de fantasme, alors je ne le suis pas !

    • Lisbeth

      @CUI, je préfère émouvoir que rendre nerveux :p
      Quant à l’esprit cartésien, j’ai employé ce mot dans le sens où il a un esprit très méthodique, il aime les choses bien rangées à leur place, les habitudes le rassurent. Alors quand je viens tout faire exploser avec ma spontanéité, il est perdu. « cartésien » n’était peut être pas le mot le plus approprié, mais sur le coup de l’écriture c’est celui qui m’est venu à l’esprit.

      • comme une image

        Routinier ? Plan-plan ?
        Hum… mes suggestions ne sont pas très bienveillantes, je le conçois. Mais, je dois vous dire que je prends fait et cause, dans tout couple, pour le partenaire qui est freiné par l’autre (a fortiori si c’est une brune à carré court).

  4. juju051

    On apprend à marcher avant de courir, je pense qu’en prenant votre compagnon bras dessus, bras dessous au lieu de le tirer par la main vous arriverez à progresser. Il deviendra votre complice et, c’est ça qu’il faut: la complicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *