3 février 2014 by

Nuit d’hôtel #2

2 comments

Catégories: Récits, Tags:

J’entendais des bruits confus dans mon dos, mais n’osais me retourner. Des vêtements froissés ? Un cliquetis ? … L’attente fut courte mais me parut interminable. Je sentis à nouveau ta présence derrière moi. Un léger sursaut me parcourut lorsque ton sexe nu vint frapper mes mains menottées. Il était doux et dur comme le bois. Mais déjà il m’échappait.

Oh mon dieu, il va me rendre dingue !

Je t’entendis t’agenouiller avant de sentir tes lèvres parcourir tendrement l’arrière de mes cuisses pendant que tes mains en caressaient l’avant. Avec ta tête tu repoussais doucement mes mains, dégageant mon petit cul tout durci par l’envie. Un gémissement m’échappa en sentant ta langue remonter le long de la fente de mes fesses.

Tes mains enlacèrent à nouveau ma taille alors que tu te relevais. Puis elles partirent à l’exploration sous mon t-shirt, caressant tendrement mon ventre, s’aventurant sur mon soutien-gorge.

Mon soutien-gorge ? Qu’est ce que j’ai mis comme dessous ce matin ? Pas un vieux truc tout moche ?

J’entendis alors ton souffle plus pressant, ce qui me fit immédiatement oublier l’état de mes sous-vêtements.  Tu vins appuyer ton front à l’arrière de ma tête, me serrant un peu plus fort contre toi. A nouveau je sentais ton sexe dans mes mains.

Ce que tu es doux mon Jack ! Ah mais non, reste !

Et encore une fois tu m’échappais. J’entendis de nouveau ce mystérieux cliquetis. Une clé ! Tu défis mes menottes.

– Ne te retourne pas ma biche.

Une biche ? Oui c’est ça, je suis une biche hypnotisée par des plein phares. Pas de danger que je bouge.

Tu glissas tes mains dans les miennes, ou les miennes dans les tiennes, je ne sais plus. Tu accompagnas mes bras pour les ramener tendus au dessus de ma tête, mes mains plaquées contre le mur me faisant face. Super ! Tu dois pas avoir l’air tarte comme ça les bras en l’air et les fesses à l’air !

Alors tu enlevas mon t-shirt. Pratique cette position finalement. Mes bras retombèrent le long de mon corps. J’entendis un « Bah ? » de désarroi lorsque tu voulus dégrafer mon soutien-gorge et t’aperçus qu’il n’y avait aucune agrafe dans mon dos. Je pouffais de rire en imaginant ta tête.

Et ouais mon p’tit gas. Lisbeth aussi peut réserver des surprises.

Mais tu repris vite tes esprits et il ne te fallut que quelques instants pour trouver le petit fermoir entre mes seins. Même pas drôle !

Voilà comment je me retrouvais nue comme un ver, face à un mur, un homme musclé, aussi peu vêtu que moi, juste derrière mon dos. Que me réservais-tu ?

A suivre…

 

Vous avez loupé le début ?

2 Responses to Nuit d’hôtel #2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *