Archives de mot-clé : Lisbeth

by

Un bain et plus si affinité

5 comments

Catégories: Les aventures de Lisbeth, Tags: ,

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

Regarder droit devant

7 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags:

Presque 20 jours que je n’ai pas posté… Une fin d’année « studieuse », une préparation difficile à tenter de puiser la force dans mes maigres réserves (tant physiques que morales) et pour finir une mauvaise nouvelle qui ne fait que s’ajouter à la longue liste de cette année 2013.

Les pleurs, le doute, le dépit, l’envie de tout abandonner.

Essayer de se raccrocher à la moindre parcelle de bonheur pour ne pas sombrer, chercher des épaules bienveillantes pour m’abandonner, des mains chaleureuses pour me redresser.

Ici n’est peut être pas le lieu pour m’épancher, quoique… ces écueils que la vie met sur ma route font aussi partie de la femme que je suis, que je tente d’être. Je suis ainsi, honnête et réaliste. La conquête de ma féminité en prend un coup à chaque blessure. Mais mes faiblesses font ma force : mes incertitudes m’aident à avancer, à me reconstruire, me protéger, me grandir.

Aujourd’hui il me faut regarder droit devant. Oublier ces plaies, avancer.

attendre_lisbeth_seventy3s« C’est un moyen de se consoler que de regarder sa douleur de près. »

Stendhal

by

Choisir son look : Lisbeth Salander Vs Noomi Rapace

6 comments

Catégories: Mode, Tags: , ,

Que mes lecteurs masculins m’en excusent, je vais encore parler « mode »… Mais c’est aussi ça Seventy3’s, un carnet féminin où j’écris mes réflexions et états d’âme. Et qui dit féminité, dit Beauté (dans le sens « se faire une beauté »).

salenderMalgré mon grand âge (joke), j’ai toujours conservé un look d’ado : jeans, baskets montantes ou caterpillar, t-shirt, sweat à capuche, parka ou blouson en jeans. Le tout rehaussé d’une coupe de cheveux à la garçonne. D’ailleurs, certaines de mes amies, m’ont comparée à une certaine Lisbeth Salander depuis la sortie de Millenium en 2009. Non pas que je sois aussi intrigante, ténébreuse ou punk/gothique (quoique je ne sois pas contre quelques accessoires gothiques à petite dose). Non, mais quelques particularités nous rapprochent : maigreur, poitrine discrète, cheveux courts et mèche retombant sur le visage, véritable passion pour les sweats à capuche, amour de la moto, tatouages… J’en oublie peut être.

noomiCe look est d’ailleurs plébiscité par mon tendre, complètement fan du style Lisbéthien ou Abbycien.

Seulement voilà, la quarantaine venue, Lisbeth rêve de féminité, de belles robes, de longs cheveux, de glamour… un peu à la Noomi Rapace en version sexy. Je sais que les cheveux courts sont aussi très féminin, mais j’ai envie de changement. Envie de retrouver le plaisir de jouer avec les coiffures, les accessoires, alors que mon Mikaël ne rêve que de nuque rasée. J’aspire à plus de charme : escarpins, hauts talons, jupes et robes…

Alors, comment unir ma soif de glamour au « fantasme ténébreux » de mon homme ? Comment trouver le juste équilibre entre son idéal féminin et le mien ? Une bien difficile réflexion pour que Lisbeth et Mikaël trouvent leur harmonie.

lisbeth_mikael« Le bonheur est un délicat équilibre entre ce que l’on est et ce que l’on a. »

Épicure

by

Une petite dose d’excentricité

18 comments

Catégories: Mode, Tags: ,

Jusque là je vous ai toujours montré ici mon côté sage – enfin, si on peut considérer que montrer ses fesses est sage. Mais il faut bien l’avouer, ceux qui me connaissent disent de moi que j’ai un côté extravagant, un petit grain de folie. Je vous passe le côté délirant de mon esprit, pour ne vous parler que de mon extravagance vestimentaire.

D’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours adoré jouer avec les styles : toute jeunette je me déguisais en Village People (vous avez le droit de rire), au lycée j’ai eu ma période baba cool (à la fin des années 80 ce n’était pas vraiment d’actualité), à la fac de droit j’enfilais le perfecto quand toutes les autres optaient pour le tailleur… Un petit côté rebelle ? Sans doute.

En fait, j’adore les fringues et encore plus les chaussures. Mais à l’inverse de toutes ces greluches nanas insipides qui sont toutes fringuées pareil, je fuis la mode. Non, définitivement, je n’arrive pas à rentrer dans le moule. Et c’est tant mieux ! Alors tout comme pour ma jupe pin-up, je vais chercher l’accessoire qui va dénoter. Sans pour autant opter pour un look 100% original, je vais préférer me contenter d’une petite excentricité, le petit plus qui fera toute la différence.

Comme aujourd’hui où, pour casser le style sage de ma robe pull grise, j’ai enfilé cette paire de shoes à faire hurler au scandale (et là je sais que beaucoup vont m’écrire en commentaire qu’ils détestent). Que voulez vous, je ne me referai pas !

excentricite_lisbeth_seventy3s« L’excentricité et la force de caractère marchent toujours de pair. »

John Stuart Mill

by

Retour vers le passé

11 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

Après cette pause vacancières – non pas que nous soyons partis sur une île paradisiaque, mais la présence simultanée des enfants et de leurs grands parents n’a pas rendu mon accès aux sites pour adultes très aisée – je vous reviens avec une petite photo souvenir.

Je vous ai déjà largement expliqué combien la photo m’aidait à me réconcilier avec mon corps, ma féminité. Et si parfois je pose pour mon homme, la plupart des clichés sont réalisés en Self-portrait. Mais la première fois où j’ai joué les modèles remonte à une grosse grosse dizaine d’années (je devrais plutôt parler de 15 ans d’ailleurs). J’avais alors bousculé mes appréhensions et défié ma timidité pour passer devant l’objectif d’un photographe professionnel.

Cette séance m’avait profondément changée, me donnant confiance en moi, me permettant de me découvrir comme je ne m’étais jamais vue. Je me rappelle d’ailleurs de mes yeux écarquillés lorsqu’il m’a présenté les clichés : « Ce n’est pas moi, c’est pas possible ! ».

photo_lisbeth_seventy3s(Désolée pour la qualité moyenne mais il s’agit d’un scan de mon book)

Je trouve que chacun devrait pouvoir vivre cette expérience, c’est tellement déroutant, stimulant. Se laisser guider par le photographe, s’exposer à lui, tourner la tête, changer le regard, se contortionner parfois sans trop savoir… Et rester sans voix à la vue du résultat.

Vraiment une belle expérience, que j’aurais pu poursuivre, le photographe m’ayant demandé de devenir son modèle. Mais j’ai refusé, le Monsieur ayant une vilaine tendance à laisser ballader ses mains (mais ça c’est une autre histoire).

by

Sexe, sujet tabou ?

22 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

Depuis quelques jours, le blues m’assaille. Et même si je l’aime sous sa forme musicale (surtout lorsque c’est Monsieur Otis qui le chante), ce blues là m’importune. Il me tiraille au point de me retrouver méditant sous ma douche, les yeux rivés sur la vapeur d’eau, la tête assiégée par des pensées contradictoires. Tellement assiégée que j’ai bien du mal à faire le tri dans toutes ces idées, pour vous les livrer de façon intelligible.

Je ne doute pas que les vacances qui se profilent y soient pour quelque chose, puisque comme cet été, elles s’annoncent familiales et donc frustrantes… (sans compter que les suivantes se déclineront sous la même forme, à croire que nos moments d’intimité se font aussi rares que les oasis dans le désert).

Au placard les quelques idées de photo que je pensais réaliser avec mon tendre, au placard mes sextoys adorés… oubliés les forums et blogs où j’aime à discuter, criptés les fichiers compromettants… Vite il faut faire place nette ! Car si le sexe fait partie de ma vie, chutttttttttt il ne faut surtout pas le montrer.

Ne pas montrer, ne pas parler… Se taire. Taire un sujet qui me tient à coeur, que je vous dévoile ici chaque jour sans complexe.

Je trouve cela étrange, voir même paradoxal, qu’avec mes ami(e)s nous puissions aborder toutes les facettes de notre vie : nos joies, nos tristesses, nos coups de blues, nos difficultés familiales ou professionnelles, notre famille, nos enfants, toute notre vie en somme, sauf le sexe. Oh bien entendu nous en parlons sous forme de boutades, nous l’évoquons parfois mais jamais nous ne nous dévoilons sans tabous. Car c’est bien là que le bas blesse : comment avouer à mes amies que je me découvre enfin en tant que femme, que cette démarche entamée voilà quelques mois m’amène à me positionner face à la bisexualité, au libertinage ? Je suis presque sûre que pour certaines, malgré toute l’affection qu’elles me portent, ces mots seraient incompréhensibles.

Alors je me tais. Et pour ne pas que ce silence devienne un fardeau, je m’épenche ici et ailleurs. Ce qui sans conteste doit en choquer plus d’un, comme ce Monsieur sur un autre blog qui disait, je cite : « moi je dis que lorsqu’on en arrive à montrer son cul sur internet c’est vraiment qu’on touche le fond et qu’on a perdu toute forme de respect enfin surtout le respect de soi même…« . INEPTIE !! Pour montrer son cul sur internet, même sous couvert d’anonymat, il faut S’ASSUMER.

fesses_lisbeth_seventy3s« Oh ! n’insultez jamais une femme qui tombe ! Qui sait sous quel fardeau la pauvre âme succombe ! »

Victor Hugo

by

Jeu de main, jeu de …

10 comments

Catégories: Us & pratiques de Lisbeth, Tags: ,

A l’inverse de ce blog où je peux vous paraître à l’aise avec ma sexualité, mes envies, mes désirs, il faut bien que je vous avoue que j’ai un peu l’impression, malgré mes 40 ans, de découvrir mon intimité. Grandir dans une famille où l’on ne parlait surtout pas de ces choses là, ne m’a pas aidé à me libérer.

La seule allusion à ma féminité que j’ai pu avoir de la part de ma mère, c’est lorsqu’à l’âge de 17 ans, elle m’a recommandé d’aller voir sa gynécologue pour mes maux de ventre ! Tout une éducation à faire !! Et ce n’est pas l’unique amant que j’ai eu pendant 10 ans qui m’aura dévergondée. Nous étions jeunes, peu expérimentés, nous avons évolué tous les 2 dans une sexualité somme toute très classique.

Bref, bien des années plus tard, 2 amants de passage, puis ENFIN l’homme de ma vie, je me suis retrouvée quadragénère. Et là, tout a explosé en moi. L’envie d’assumer, de découvrir, d’apprivoiser ce corps qui ne demandait qu’un peu d’attention. L’envie de le caresser plutôt que de le laisser caresser. L’envie de jouer avec mes sens, jusqu’à me connaître sur le bout des doigts.

D’ailleurs ces doigts, je leur ai longtemps préféré mon jouet extraordinaire. Jusqu’à ce qu’ils revendiquent leur part du butin.

Elle s’est alors imposée à moi cette caresse solitaire, déclenchant des orgasmes paradisiaques. Et je me demande pourquoi je me suis si longtemps refusée ce plaisir égoïste. Est ce que je ne m’aimais pas suffisamment ?

jeu_main_lisbeth_seventy3s« Ne te moque pas de la masturbation ! C’est faire l’amour à quelqu’un que j’aime »

Woody Allen

by

Les lèvres de Lisbeth

10 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

J’imagine déjà très bien la déception de certains lecteurs qui, au titre de ce billet, auraient pu croire que j’allais parler de mes grandes et petites lèvres, photo à l’appui. Et même s’il s’agit bien là de parties charnues, ce sont bien celles de ma face que je souhaite évoquer.

Du bout des lèvres oserais-je vous avouer que, tout comme ma poitrine, ces tissus musculaires sont chez moi un grand complexe. Je les aurais voulu charnues, pleines de charme, glamour. Force est de constater que comme le reste de mes traits, mes lèvres sont fines, extrêmement fines.

Certes, cette finesse globale reflète l’harmonie de ma silhouette. Mais voilà, je suis une femme. Et je ne peux m’empêcher de rêver devant ces bouches pulpeuses, joliment rehaussées de rouge que ces femmes fatales exhibent avec volupté. Oui, vraiment, je rêve de ces lèvres sucrées.

levres_lisbeth_seventy3s« Avance tes lèvres, dit-elle, mes baisers ont le goût d’un fruit qui se fondrait dans ton coeur. »

Sacha Guitry

by

Le bonheur est dans le pré

5 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

Regard sur soi, délires partagés

8 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

Après « regard sur soi, sensualité partagée« , il était un peu difficile de rebondir et de reprendre le cours de ce blog. C’est finalement mon homme qui me donne l’occasion de poursuivre  mes écrits.

Les larmes passées, nous avons pu discuter et j’ai découvert avec stupeur (et tremblement) à quel point ma spontanéité pouvait perturber. Prise dans mon tourbillon de changements, j’ai la facheuse habitude de laisser parler mes envies. Et les photos fusent au moindre coup de tête : une balade champêtre, hop une photo ; un essayage de vêtement dans une cabine, hop une photo ; un courrier à déposer à la poste, hop une photo d’exhib ; de nouveaux sous-vêtements, hop des photos sous toutes les coutures… Point besoin d’être accompagnée, je m’éclate toute seule comme une gosse…non, comme une adulescente que je suis.

Je n’ai pas pensé un seul instant que pour un esprit cartésien comme le sien, mon emportement puisse être vécu comme une agression. Il va donc me falloir apprendre à partager mes délires, ou tout au moins à les anticiper un minimum pour rétablir l’harmonie dans notre couple. L’impulsive qui sommeille en moi va devoir se réfreiner un peu. Car oui, je suis impulsive, spontanée, emportée, irréfléchie…appellez cela comme vous voudrez.

Un peu comme ce jour où, triant de vieux cartons de vêtements, je suis tombée sur cette marinière rapportée de Russie. Ni une, ni deux, je filais sous la douche pour un petit délire à ma façon (d’ailleurs pour les plus attentifs vous apercevrez la télécommande de l’appareil photo dans ma main… à condition de lâcher le reste des photos des yeux) : Sous la douche.

douche_lisbeth_seventy3s« Le talent s’exprime souvent dans la spontanéité de l’imprévu »

Marc Levy

1 2 3 4 5