Archives de mot-clé : blabla

by

Choisir son look : Lisbeth Salander Vs Noomi Rapace

6 comments

Catégories: Mode, Tags: , ,

Que mes lecteurs masculins m’en excusent, je vais encore parler « mode »… Mais c’est aussi ça Seventy3’s, un carnet féminin où j’écris mes réflexions et états d’âme. Et qui dit féminité, dit Beauté (dans le sens « se faire une beauté »).

salenderMalgré mon grand âge (joke), j’ai toujours conservé un look d’ado : jeans, baskets montantes ou caterpillar, t-shirt, sweat à capuche, parka ou blouson en jeans. Le tout rehaussé d’une coupe de cheveux à la garçonne. D’ailleurs, certaines de mes amies, m’ont comparée à une certaine Lisbeth Salander depuis la sortie de Millenium en 2009. Non pas que je sois aussi intrigante, ténébreuse ou punk/gothique (quoique je ne sois pas contre quelques accessoires gothiques à petite dose). Non, mais quelques particularités nous rapprochent : maigreur, poitrine discrète, cheveux courts et mèche retombant sur le visage, véritable passion pour les sweats à capuche, amour de la moto, tatouages… J’en oublie peut être.

noomiCe look est d’ailleurs plébiscité par mon tendre, complètement fan du style Lisbéthien ou Abbycien.

Seulement voilà, la quarantaine venue, Lisbeth rêve de féminité, de belles robes, de longs cheveux, de glamour… un peu à la Noomi Rapace en version sexy. Je sais que les cheveux courts sont aussi très féminin, mais j’ai envie de changement. Envie de retrouver le plaisir de jouer avec les coiffures, les accessoires, alors que mon Mikaël ne rêve que de nuque rasée. J’aspire à plus de charme : escarpins, hauts talons, jupes et robes…

Alors, comment unir ma soif de glamour au « fantasme ténébreux » de mon homme ? Comment trouver le juste équilibre entre son idéal féminin et le mien ? Une bien difficile réflexion pour que Lisbeth et Mikaël trouvent leur harmonie.

lisbeth_mikael« Le bonheur est un délicat équilibre entre ce que l’on est et ce que l’on a. »

Épicure

by

Femme fatale

15 comments

Catégories: Bla bla, Tags: ,

Pardonnez moi par avance chers lecteurs de vous avouer ce travers, mais oui, il m’arrive de regarder des programmes inintelligents, mais qui, bon sang de bois, me font mourir de rire. Excepté quelques astuces beauté, cette émission m’apporte surtout un regard caustique sur la nature féminine : remarques acerbes, jalousie, hypocrisie, tricherie, mais aussi, heureusement, parfois sincérité.

Cette semaine, Christina Cordula a mis au défi 5 femmes fanes de shopping de se constituer un look de femme fatale en 3h et 450€ en poche. Et dès la 1ère candidate, je me régale ! Je ne prétend pas donner de leçon de bon goût, je ne suis pas modeuse (vous avez déjà compris mes goûts un peu décalés) et encore moins conseillère en image. Non, ce qui me plait dans cette course à la « reine » c’est de constater combien la vision d’une même image (celle de femme fatale en l’occurence) diverge d’une personne à une autre. Un petit bonheur.

Parce qu’en fait, c’est quoi exactement une femme fatale ?

Certains la décrivent comme une femme d’une apparente froideur (foutu pour moi, on me dit chaleureuse), ne montrant ni ses sentiments (foutu encore, on lit sur mon visage comme dans un livre ouvert), ni son humour (et de 3, je ris ouvertement et ne suis pas la dernière à faire de l’esprit). Une femme aimant le pouvoir et l’argent (je n’ai de réel pouvoir que sur mes décisions, et je n’ai pas un radis). Certains disent même qu’elle doit forcément être fumeuse ! (encore perdu).

Mais tous paraissent être au moins d’accord sur son style vestimentaire lui préférant la sobriété, l’art de laisser deviner sans trop montrer. Le but de la femme fatale n’est pas de mettre outrageusement en avant ses formes, mais plutôt sa personnalité, son charisme. Et le look entre 2 guerres semblent ravir tous les suffrages. YES ! One point !

femme_fatale« Toutes les femmes sont fatales ; on commence par leur devoir la vie, elles finissent par causer notre perte. »

Antoine Blondin

by

Sextoys, un marché bien juteux (jeu de mot)

4 comments

Catégories: Bla bla, Tags: ,

Au hasard de mes lectures matinales, je suis tombée sur un article fort alléchant sur le dernier né de la marque américaine Aneros. Ce joujou d’aspect minimaliste a été conçu  spécialement pour les femmes pour  une utilisation vaginale sans les mains, stimulant à la fois le point G et le clitoris. Tout un programme !

Et les arguments chocs avancés ne m’ont d’ailleurs pas laissée indifférente : « Il est certain que plus une femme apprend à connaître son corps et à jouer avec son muscle PC, plus elle aura de sensations en faisant l’amour et plus l’intensité de son orgasme sera fort. » Oh oui, décidément, tout un programme !

Mais là où mon sang ne fait qu’un tour, où mon « coup de coeur » se transforme instantanément en « coup de gueule », c’est en en découvrant le prix. Non mais on se moque de nous ? On nous prend pour des américains ?

Non même pas, car les américains vendent leurs sextoys bien moins chers que nous ne le faisons. Pour preuve, cet article vendu aux States 69.95$ (soit 52,33€) est au modique prix de 74,50€ dans l’hexagone. Alors, je veux bien qu’il faille compter les frais de port, que les charges françaises ne sont pas réputées pour leur légèreté, mais tout de même, ne me faites pas croire qu’avec des prix fournisseur et des frais de port groupés, cette différence de plus de 20€ soit justifiée.

Cela n’est d’ailleurs pas sans me rappeler cette superbe paire d’escarpin pin-up vendus 58$ aux US (43,35€) et 90€ chez nous ! Eurkkkkkkkkk !

Voilà 2 bonnes raisons au moins d’être frustrée de bon matin !

frustration« L’homme est un animal insatisfait qui hésite entre plusieurs frustrations. »

Frédéric Beigbeder

by

Quand les pubs me font rire

6 comments

Catégories: Bla bla, Tags:

Il est des choses parfois toutes bêtes qui me font mourir de rire. Oui, d’accord, je suis bon public. Parmi celles-ci il y a la pub. Je pourrais vous en citer plusieurs, plus ou moins vieilles, qui me font poiler. Mais la dernière en date, est une publicité qui au 1er abord n’a absolument rien de drôle. Un court clip pour nous vanter l’importance de faire une bonne rénovation thermique de notre maison avant l’arrivée du grand méchant froid hivernal.

Mais là où mon esprit mal tourné fait tout le reste, c’est lorsqu’apparaissent à l’écran 3 espèces de brumes censées représenter le froid. Mon petit neurone (bien mal placé je vous le rappelle) s’interroge : « Mais qu’est ce que c’est donc que ces machins en forme de pénis qui sortent du sac à main de la dame et lui tournent autour ? ».

Suis-je la seule à y voir une ressemblance avec une verge bien tendue, un sextoy prêt à vibrer ?

Y aurait-il un lien (qui m’échappe) entre la rénovation thermique et ces phallus brumeux ? Ou alors est-ce que je suis vraiment irrécupérable de voir des sexes là où il n’y en a pas ?

En tout cas, merci au Monsieur qui a imaginé cette pub (si, si, ce ne peut être qu’un homme !), grâce à lui, je me marre toute seule devant la TV.

by

L’Homme est-il fait pour être monogame ?

24 comments

Catégories: Bla bla, Tags:

Voilà un sujet digne d’une épreuve de philosophie. J’ai horreur de la philo !

C’est une réflexion qui me revient en mémoire alors que mon esprit vagabonde et se remémore une discussion passée. Nous étions alors atablés mon mari et moi en compagnie d’un ami venu nous prêter main forte pour quelques travaux. (Un ami devenu depuis lors mon meilleur ami homme, un de ces amis à qui je n’ose dévoiler l’existence de ce blog. Non pas qu’il en serait choqué, oh non ! Je crois même qu’il serait plutôt ravi de voir à quel point j’ai suivi ses conseils de reconquète de ma féminité. Mais plus par égard pour mon mari. Pourtant, je rêve de le lui dire, de leur dire d’ailleurs car je ne me vois pas ne pas inclure son épouse dans cette révélation. Mais je m’égare, là n’est pas le sujet…)

Revenons donc à nos moutons. Nous parlions de nos divers amis, de tous ces couples mariés qui se sont séparés, trompés, remis ensemble parfois, bref de toutes ces unions et désunions. Quand mon mari lâcha sur un ton sans appel : « L’Homme n’est pas fait pour être monogame ». A l’époque cette réflexion m’avait profondément blessée car nous vivions quelques difficultés conjugales. Mais depuis lors, elle n’a cessé de me hanter, de me faire méditer et finalement de me faire accepter la réalité.

Oui l’Homme n’est pas fait pour être monogame. Je ne parle pas là de la conception du mariage, mais du fait de n’avoir qu’un(e) seul(e) partenaire. Et je ne parle pas de l’homme, mais bien de l’Homme avec un H, incluant donc aussi la femme. J’ai beau regarder autour de moi, je ne vois aucun couple qui ne passe par une phase d’infidélité (ou alors vraiment très peu), même des personnes qui de 1er abord semblent très heureuses en ménage.

Je n’ai pas de meilleure explication que les mots chantés par Jacques Brel (je l’aime bien celle là, vous l’aurez compris… non je la vénère ! ) : « Il faut bien que le corps exulte ». Nous sommes humains après tout, débordant d’hormones, de pulsions, d’envies. Et offrir son corps à d’autres n’enlève rien à l’Amour que l’on porte à l’être cher. Partager son corps est même pour moi une déclaration d’Amour : « Je t’aime tant que j’accepte de te partager, pour ton bonheur, ton plaisir, notre plaisir ».

monogame« Le coeur d’un libertin est fait comme une auberge,on y trouve à tout heure un grand feu bien nourri. »

Alfred de Musset

1 2 3