Archives de mot-clé : bi

by

Juste un petit thé avec moi

14 comments

Catégories: Les fantasmes de Lisbeth, Tags: , , ,

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

Plongée et contre plongée

6 comments

Catégories: Les fantasmes de Lisbeth, Tags: , ,

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

A mon amie

6 comments

Catégories: Récits, Tags: ,

Débordée de boulot que je suis en cette semaine du 15 août, je n’ai pas du tout pris le temps d’aller lire mes blogs favoris, je n’ai pas non plus lu Marie ne pas dire sa jouissance. Et comme vraiment je croulais sous les dossiers, je n’ai pas non plus pris le temps d’écrire cette modeste bafouille. Bafouille pour une amie, réelle, virtuelle, imaginaire… qui sait.

« Je t’imagine souriante et impudique. Les yeux pétillants de malice.

Notre 1ère rencontre sur le quai d’une gare, à la terrasse d’un café, au bord d’une plage de Vendée… Qu’importe.

Timides quelques secondes, nous sommes vite enjouées. Les rires fusent. Nos corps s’effleurent instinctivement dans nos gestes les plus ordinaires : des genoux qui se côtoient sous la table, des doigts qui se frôlent et toujours ton sourire.

Notre désinvolture laisse place aux confidences. Tu me dis tes joies, tes déceptions, ton plaisir de nous découvrir si fusionnelles. Je te dis mes peurs, mes désirs, ma pudeur face à ton expérience.

Tu m’embrasses. De ce fugace baiser où juste les lèvres se touchent. Tout petit bisou qui balaye mes doutes à la vitesse d’une grande marée. Je devine mes joues rougies mais je m’en fous, depuis longtemps tu lis ce défaut dans mes récits.

Plus tard nous parlerons porte-jarretelles et féminité en laissant nos mains s’explorer. Je regarderai ton trouble au toucher de mes bas. Tu verras le mien lors de cette initiation aux caresses saphiques.

Tu repartiras vers la vie qui est la tienne mais nous nous reverrons pour quelques retrouvailles légères et chaleureuses, amantes occasionnelles. »

peintureCrédit photo : Gami Gribouille

« L’amitié est une âme en deux corps. »

Aristote

by

Massages et fantasmes

12 comments

Catégories: Les fantasmes de Lisbeth, Tags: ,

En lisant un billet de Marie, j’ai trouvé l’idée  de répondre au fantasme que nous inspire le blog des autres fort sympathique.

Et quoi de plus inspirant pour moi que « Massages et jouissances« . Car je dois bien le concéder, il m’est arrivé plus d’une fois, malgré mon professionnalisme, de laisser mes pensées divaguer tout en massant une jolie femme.

J’ai imaginé mes mains huilées provoquer maintes émotions, admirant ses jolis tétons pointer au passage de mes doigts, augmentant l’envie de les prendre en bouche, de me délecter de leur douceur, de les mordiller…

J’ai imaginé mes mains remonter le long de ses jambes jusqu’à frôler son sexe, laissant s’embrasser un feu dévorant dans son bas ventre. Et lorsque la Belle n’en pourrait plus, enfin m’aventurer entre ses lèvres, titiller son clitoris, agacer sa rondelle et la faire jouir.

massage_seventy3s« Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder. »

Oscar Wilde

 

by

De femme à femme

7 comments

Catégories: Les aventures de Lisbeth, Tags:

En préparant ce billet, je pensais venir vous parler « mots crus ». Et puis, comme une réponse à Lewis, qui me disait qu’il y a parfois des hasards dans la vie auxquels on ne s’attend pas, ma matinée s’est finalement déroulée d’une toute autre façon.

Je ne sais si les coups de foudre virtuels existent, mais c’est un véritable coup de coeur que nous avons eu mon mari et moi pour cette belle personne (et je ne parle pas là que de beauté physique). Quelques mots échangés de ci de là sur un forum m’ont fait aimer sa personnalité, quelques photos (tantôt de sa poitrine, tantôt de sa bouche voluptueuse, tantôt de ses fesses rebondies…) m’ont fait aimer son corps. Je ne parle ici que de mon ressenti, mais je suis sûre que mon tendre confirmerait ce sentiment partagé.

Tout en elle me plaît. Son humour, sa répartie, sa féminité, son naturel, sa coquinerie… sa folie. Oui c’est ma FOLIE, mon Grain de Folie !

Et quelle folie nous avons partagée ce matin. Tchattant ensemble sur notre feeling inexplicable et mutuel, nous nous sommes plusieurs fois imaginées tous les 3, ce doux fantasme berçant nos nuits. Mais ce matin, j’étais sienne, elle était mienne. Elle m’embrassait tendrement pendant que je lui caressais la nuque. Elle venait dévorer mes seins, jouant allégrement de sa langue sur mes tétons… Puis nous glissions l’une sur l’autre… Tête-bêche, je découvrais son intimité du bout des doigts pendant qu’elle découvrait la mienne. Puis nos bouches remplaçaient nos doigts, allant à la rencontre de nos lèvres, de nos clitoris. Le rythme lent s’accélérait rapidement jusqu’à ce que nous jouissions à l’unissons devant nos claviers.

Car mon plus grand regret le voilà : te savoir si loin ma folie, et ne pouvoir toucher ta peau douce. Mais je me souviendrai à jamais de cette première fois, si virtuelle soit elle : le jour où j’ai joui pour une femme et une femme pour moi.

femmesDois-je encore me poser la question de ma bisexualité ?

by

Une femme avec une femme

5 comments

Catégories: Récits, Tags: ,

A mes heures perdues, j’aime à taquiner les mots, laissant l’encre imprégner le papier pour donner vie à mes rêves les plus érotiques. Je les écris généralement au gré de mes envies, me laissant guider par mes songes.

Mais tout récemment, j’ai eu l’occasion de narrer un fantasme à la demande de Miss RedCode, qui, n’ayant jamais « essayé » avec une représentante de la gente féminine, eut passionnément envie d’une femme avec une femme, une Redcode avec une Lisbeth.

REDCODE

Après tant de mois à m’éblouir devant ses galeries photos, à dialoguer et échanger sur la toile, aujourd’hui, enfin, elle était là, confortablement installée dans mon canapé. A l’image de ses clichés, elle portait une robe colorée mettant parfaitement en valeur ses formes féminines. Ses lèvres parfaites, habillées de rouge, me souriaient, me parlaient.

Tout le stress des préparatifs s’était envolé au moment même où je lui avais ouvert la porte. Dans mon intérieur tout en dégradé de gris, avec un soupçon d’anis, j’avais disposé de ci de là quelques pointes de rouge : bougies en tout genre, coussins, escarpins… jusqu’à cette fraise givrée décorant nos flûtes de champagne. Car si au 1er abord j’ai pensé jouer la carte de l’originalité en lui proposant un mojito vodka tagada (une version à faire hurler les puristes, mais tellement délicieuse), une telle rencontre méritait bien un Moët & Chandon. Après tout, ce n’était pas tous les jours que je recevais Miss RedCode en personne !

Dès les 1ers instants, nous nous retrouvâmes comme 2 vieilles amies (et je n’évoque pas là notre quarantaine entamée), échangeant quelques mots sur nos enfants, notre vie. Puis nous parlâmes plus intimement de nous, de notre désir de s’assumer femmes, de nos sites, de la photographie.

RedCode avait apporté son appareil photo et me montra ses tout derniers clichés. Le champagne aidant, l’atmosphère était de plus en plus détendue. Les rires fusaient.

Je ne pouvais quitter RedCode des yeux. Ses dents parfaites, son sourire rougeoyant, ses formes généreuses si sensuelles, sa voluptueuse poitrine se soulevant au rythme de sa respiration… Tous mes sens étaient en émoi.

L’écoutant me narrer une de ses toutes dernières séances photo, je me mis à jouer avec les nouilles alphabets que j’avais éparpillées sur la table du salon. Cette décoration « hommage » l’avait d’ailleurs beaucoup faite rire. Sans même m’en rendre compte, un message se fit jour aux yeux de RedCode : TU ES MAGNIFIQUE.

Tout en continuant à parler, elle fit jouer ses doigts joliment manucurés parmi les lettres.

Découvrant sa réponse, mon cœur fit un bond dans ma poitrine et mon visage s’approcha d’elle : KISS ME.

Le timide baiser que je déposai se transforma vite en un fougueux échange, nos rouges à lèvres se mélangeant au rythme de nos langues. La douceur de ses lèvres féminines, le goût enivrant du champagne dans sa bouche… que de délices !

Mes mains un peu tremblantes caressaient ses rondeurs sensuelles, de son dos à ses hanches. Quelle sensation formidable que la découverte d’un corps féminin !

Oubliant toute timidité, je dégrafai sa robe, laissant glisser le fin tissu sur sa taille. Sa voluptueuse poitrine me faisait face, comme un appel à la déraison. De la pulpe de mes doigts j’explorai ces monts merveilleux. Puis, comme un nouveau né, j’ouvris la bouche pour me délecter de son fabuleux téton. Sous la chaleur de ma langue, RedCode frissonna, laissant échapper un petit soupir de plaisir. Je découvrais avec enthousiasme la douceur de sa peau.

N’y tenant plus, j’accélérai la vigueur de mes caresses. Ma bouche, ma langue, mes doigts jouaient avec sa poitrine. Attrapant son appareil photo, RedCode immortalisa l’instant, provoquant en moi une excitation grandissante. Mon bas ventre frémissait.

Je ne devais d’ailleurs pas être la seule, car dès que ma bouche glissa vers son ventre, mes mains sur ses flans, la Miss aux lèvres rouges se cabra. Mon cœur battant toujours plus la chamade, je soulevai délicatement la jupe de RedCode, découvrant un superbe abricot lisse. La coquine n’avait pas mis de culotte !

Je restai hypnotisée quelques instants à cette vue. Allais-je pour la 1ère fois goûter à ce fruit défendu ? Comme une réponse à mes interrogations, RedCode écarta légèrement les jambes. Du bout de mes doigts je découvrais tour à tour ses grandes et petites lèvres, son clitoris.

Ne résistant plus à l’envie qui me parcourait, je laissai enfin ma langue explorer cette même intimité. Quelle douce sensation que cette chatte offerte… une peau douce et chaude, un petit goût de fruits rouges… mon Dieu que RedCode était délicieuse ! L’excitation nous faisait mouiller toutes les 2.

Ma langue de plus en plus habile provoquait des sons grandissants dans la bouche de RedCode. Je la sentais s’abandonner au fur et à mesure des va-et-vient dans son intimité.

Revenant vers son clitoris, RedCode posa sa main sur ma tête, comme pour m’inviter à m’y attarder. Je pris alors un délectable plaisir à jouer avec ce petit appendice. RedCode n’y tenait plus ! Ses vocalises étaient maintenant sans équivoque, ses doigts se crispaient dans ma chevelure. Sous mes derniers coups de langue, tout son corps se cabra. Son plaisir explosant en un « Oh oui » tonitruant.

Je n’oublierai jamais cette 1ère fois, ce plaisir mémorable à faire venir une femme sous mes caresses. Mais, ce joli soir d’été, l’expérience ne devait pas s’arrêter là…

redcode_lisbeth_seventy3s

by

Les fantasmes de Lisbeth #3 bisexualité féminine

6 comments

Catégories: Les fantasmes de Lisbeth, Tags: ,

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.