7 mars 2016 by

Le poncho

5 comments

Catégories: Les aventures de Lisbeth

J’ai un peu froid ce soir, il faut dire que la maison est bien vide sans toi. Pour ne pas frissonner, j’ai enfilé mon poncho bleu, tu sais celui que je portais …

Le poncho

Cela faisait tellement longtemps que nous n’avions pas eu la maison pour nous seuls, sans enfant. Tu sirotais ton café dans le canapé quand je me suis éclipsée dans la salle de bain pour me changer.

Tu n’as pas vu que j’étais revenue emmitouflée dans mon poncho, enfin peut-être n’as-tu juste pas fait attention. Après tout ce n’était pas la 1ère fois que je le portais. Il faut dire que je grelotte souvent le soir après une longue journée de travail, je me réfugie alors dans mon poncho bleu à la recherche de douceur, de chaleur.

Mais ce jour là, j’étais entièrement nue sous le poncho.

Le poncho Lisbeth Seventy3sJ’ai attendu que tu finisses ton café pour te chevaucher, mes mouvements laissant apparaître ma peau blanche au gré des froissements du poncho. Tu as glissé tes mains chaudes sous la laine douce me faisant instantanément frissonner. Mes petits seins pointaient déjà.

Tu les as dévorés tout en me pénétrant. Nos ébats n’ont pas duré longtemps tellement la tension entre nos corps était forte. Mais je me rappelle encore de la chaleur de ta peau, de la douceur du poncho et de la raideur de ton membre.

Lorsque je me suis allongée dans le canapé après la jouissance, je me sentais comblée, heureuse, sereine. Tu m’as prise en photo, des photos qui me rappellent cet état de bien-être.

Le poncho de Lisbeth Seventy3s« Le bien-être est la loi des corps »

Joseph Joubert

5 Responses to Le poncho

  1. juju051

    quelle chance il a votre époux, sa femme fait le premier pas. La mienne serait plus du genre à reculer.
    Apaisée après? c’est ça qui importe, pas besoin que cela dure des heures, l’important c’est l’intensité du plaisir partagé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *