Archives de Catégorie : Lisbeth se dévoile

by

Le bonheur est dans le pré

5 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

Regard sur soi, photo partagée

11 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags:

Comme je vous le disais dans « délires partagés« , j’ai une forte tendance à me prendre en photo comme bon me semble, me laissant juste guider par mes envies. Cette passion pour la photo ne date pas d’hier puisqu’au lycée déjà, je m’amusais avec le vieil argentique de mon grand père avant d’avoir les moyens de me payer le mien. J’avais même poussé le luxe jusqu’à racheter l’antique labo photo d’un copain. Je passais des heures enfermée à l’étage de la grange de mes parents où j’avais installé tout mon attirail (les jeunes ne doivent même pas comprendre de quoi je parle, ni même imaginer le bonheur de développer soi même ses photos… c’est un peu comme le mange disque, une autre époque ! ).

Ceci explique sans aucun doute que j’éprouve 100 fois plus de satisfaction à prendre une belle photo en « do it yourself » qu’en posant pour mon cher et tendre. Et puis aussi parce que devant lui, je n’arrive pas à autant me lâcher… Oui, malgré tout, il me reste un peu de pudeur. Ou alors c’est mon côté « autocrate » : je sais ce que je veux comme photo, mais le lui expliquer pour qu’il la prenne me gonfle ! (les brunettes ça a aussi du caractère)

Dans tous ces plaisirs photographiques, il est une chose pour laquelle j’ai encore bien du mal : faire poser mon homme. Il se trouve trop vieux, trop moche, ne voit pas l’intérêt, que sais je encore. Mais de temps en temps, il se laisse convaincre, pour mon plus grand bonheur. Il en ressort généralement de jolis clichés qu’il n’ose malheureusement que trop rarement dévoiler. Mais pour moi, pour vous, il a accepté de transiger.

partage_lisbeth_seventy3sMerci mon tendre pour ce cliché que j’affectionne particulièrement,

reflet de moi à travers toi.

by

Regard sur soi, délires partagés

8 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

Après « regard sur soi, sensualité partagée« , il était un peu difficile de rebondir et de reprendre le cours de ce blog. C’est finalement mon homme qui me donne l’occasion de poursuivre  mes écrits.

Les larmes passées, nous avons pu discuter et j’ai découvert avec stupeur (et tremblement) à quel point ma spontanéité pouvait perturber. Prise dans mon tourbillon de changements, j’ai la facheuse habitude de laisser parler mes envies. Et les photos fusent au moindre coup de tête : une balade champêtre, hop une photo ; un essayage de vêtement dans une cabine, hop une photo ; un courrier à déposer à la poste, hop une photo d’exhib ; de nouveaux sous-vêtements, hop des photos sous toutes les coutures… Point besoin d’être accompagnée, je m’éclate toute seule comme une gosse…non, comme une adulescente que je suis.

Je n’ai pas pensé un seul instant que pour un esprit cartésien comme le sien, mon emportement puisse être vécu comme une agression. Il va donc me falloir apprendre à partager mes délires, ou tout au moins à les anticiper un minimum pour rétablir l’harmonie dans notre couple. L’impulsive qui sommeille en moi va devoir se réfreiner un peu. Car oui, je suis impulsive, spontanée, emportée, irréfléchie…appellez cela comme vous voudrez.

Un peu comme ce jour où, triant de vieux cartons de vêtements, je suis tombée sur cette marinière rapportée de Russie. Ni une, ni deux, je filais sous la douche pour un petit délire à ma façon (d’ailleurs pour les plus attentifs vous apercevrez la télécommande de l’appareil photo dans ma main… à condition de lâcher le reste des photos des yeux) : Sous la douche.

douche_lisbeth_seventy3s« Le talent s’exprime souvent dans la spontanéité de l’imprévu »

Marc Levy

by

Regard sur soi, sensualité partagée

8 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags:

Lorsque j’ai ouvert les portes de ce boudoir, je vous dévoilais brièvement les raisons d’être de ce carnet intime : le besoin de renouer avec ma féminité, de me réconcilier avec la vision de mon propre corps, de me sentir femme et fatale à mes yeux et par ricoché aux yeux de mon tendre.

Me prenant en photo, j’ai forcé mon regard à se poser sur ma féminité. Le cheminement a été long et fastidieux, mais j’ai fini par voir dans mes modestes attributs la beauté de mes fines courbes, comme des armes de séduction, la promesse de plaisirs charnels… Tout en moi a alors changé. Je me suis voulue femme, délaissant mes jeans pour de jolies robes, mes t-shirts d’ado pour des hauts décoltés, mes basquettes pour de vertigineux escarpins. Je me sentais enfin moi !

Ce bonheur, je l’ai partagé, ici et ailleurs. Pourquoi cacher ce papillon qui venait de sortir de sa chrysalide ?

Les compliments ont été nombreux, quelques uns un peu trop crus… mais la plupart ont eu pour effet bénéfique de me conforter dans mon bien-être. Nul besoin de vous cacher que, par la même occasion, ma libido a explosé ! Je me suis « lâchée » avec mon mari comme jamais. Non pas que j’étais coincée de ce côté là, mais me sentir belle a décuplé mon plaisir. J’ai aussi renoué avec ces plaisirs solitaires que je ne m’accordais que trop rarement.

Je ne sais comment ces changements ont été perçus « de l’extérieur ». Je ne m’en suis pas cachée, surtout pas à mon amour qui, même s’il n’a pas participé à mes écritures et clichés (sauf quelques uns), a toujours eu accès à tout.

Et puis, voilà quelques jours, il m’a fait part de sa tristesse. Me prendre en photo et les montrer le blesse.

Tout mon petit univers de sensualité, de plaisirs « charnels » (je mets entre guillemets car il n’y a de charnel que l’image que j’ai diffusé avec mes clichés) s’est écroulé. Je me suis sentie fautive. Car en voulant renouer avec moi, j’ai peiné la personne chère à mon coeur. J’ai pleuré…beaucoup… Je me suis sentie « moche ». Je me sens moche.

Tout ce bon plaisir s’est évanoui en une phrase. Je ne sais plus si je dois persister dans cette voie, à quoi bon être femme et sensuelle, si vous ne brillez pas dans les yeux de l’autre ? J’entends d’ici mon meilleur ami me botter les fesses : « bats toi, pour lui, pour toi, ne renonces pas ». Sûrement…

Le coeur en miettes, je ne sais plus quel regard poser…

autoportrait_lisbeth_seventy3s« La vie commence là où commence le regard »

Amélie Nothomb

by

Souvenir de vacances

5 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

La poitrine de Lisbeth

16 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

1 2 3