Archives de Catégorie : Lisbeth se dévoile

by

P’ti bidou Vs Abdos

7 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

Mon charmant docteur (et croyez moi, il est charmant à plus d’un titre : gentil, un humour bien décalé comme moi, et un physique qui ne me laisse pas insensible… Y’a pas de mal à se régaler les yeux… mais je m’égare, ce n’est pas le sujet) m’a enfin autorisée à reprendre le sport après un an de frustration.

Mais lorsque l’on passe d’un 65% à un plein temps, avec en plus les enfants à gérer, la maison, la vie quoi, difficile de trouver du temps à soi. Et puis surtout, j’ai beau avoir plein de joujous extraordinaires à la maison pour sculpter mon corps, la motivation n’est pas là. Sans quelqu’un pour me pousser au cul (sans vilain jeu de mots), je trouve toujours une excuse pour faire autre chose.

J’ai donc pris la grande résolution de m’inscrire dans une salle de fitness, le plus dur ayant été de trouver une salle qui ne soit pas remplie de kékés (eurkkkkkkkkk). Depuis quelques semaines, je sacrifie donc mes pauses déjeuner pour 45 min de torture.

Vu ma maigreur légendaire, mon but n’est pas de maigrir, ni même d’affiner ma silhouette, mais bien de me muscler. Et oui, je rêve depuis des années d’avoir un corps musclé (mais pas trop hein, je ne veux pas ressembler à une bodybuildeuse), de gagner quelques cm de tour de cuisse et de bras, bref d’en finir avec ma « platitude ». Ce n’est pas du goût de tout le monde, j’en suis sure, mais c’est du mien, voilà bien le principal après tout, non ?

Et en 3 semaines seulement, je commence à voir quelques changements mineurs : mes cuisses sont déjà moins flasques, d’infimes courbes commencent à dessiner mes maigres muscles et surtout mon petit bidou cède doucement la place à de fins abdos.

abdo_lisbeth_seventy3s« Elle était si délicatement blanche, d’un blanc de glaïeul blanc, avec ses bras fuselés, son presque pas de hanches, son ventre plat et ses petits seins toujours émus. »

Jean Lorrain

by

Orchidophile de bas étage

3 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

Une épilation au poil

8 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: , , ,

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

Regarder droit devant

7 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags:

Presque 20 jours que je n’ai pas posté… Une fin d’année « studieuse », une préparation difficile à tenter de puiser la force dans mes maigres réserves (tant physiques que morales) et pour finir une mauvaise nouvelle qui ne fait que s’ajouter à la longue liste de cette année 2013.

Les pleurs, le doute, le dépit, l’envie de tout abandonner.

Essayer de se raccrocher à la moindre parcelle de bonheur pour ne pas sombrer, chercher des épaules bienveillantes pour m’abandonner, des mains chaleureuses pour me redresser.

Ici n’est peut être pas le lieu pour m’épancher, quoique… ces écueils que la vie met sur ma route font aussi partie de la femme que je suis, que je tente d’être. Je suis ainsi, honnête et réaliste. La conquête de ma féminité en prend un coup à chaque blessure. Mais mes faiblesses font ma force : mes incertitudes m’aident à avancer, à me reconstruire, me protéger, me grandir.

Aujourd’hui il me faut regarder droit devant. Oublier ces plaies, avancer.

attendre_lisbeth_seventy3s« C’est un moyen de se consoler que de regarder sa douleur de près. »

Stendhal

by

Retour vers le passé

11 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

Après cette pause vacancières – non pas que nous soyons partis sur une île paradisiaque, mais la présence simultanée des enfants et de leurs grands parents n’a pas rendu mon accès aux sites pour adultes très aisée – je vous reviens avec une petite photo souvenir.

Je vous ai déjà largement expliqué combien la photo m’aidait à me réconcilier avec mon corps, ma féminité. Et si parfois je pose pour mon homme, la plupart des clichés sont réalisés en Self-portrait. Mais la première fois où j’ai joué les modèles remonte à une grosse grosse dizaine d’années (je devrais plutôt parler de 15 ans d’ailleurs). J’avais alors bousculé mes appréhensions et défié ma timidité pour passer devant l’objectif d’un photographe professionnel.

Cette séance m’avait profondément changée, me donnant confiance en moi, me permettant de me découvrir comme je ne m’étais jamais vue. Je me rappelle d’ailleurs de mes yeux écarquillés lorsqu’il m’a présenté les clichés : « Ce n’est pas moi, c’est pas possible ! ».

photo_lisbeth_seventy3s(Désolée pour la qualité moyenne mais il s’agit d’un scan de mon book)

Je trouve que chacun devrait pouvoir vivre cette expérience, c’est tellement déroutant, stimulant. Se laisser guider par le photographe, s’exposer à lui, tourner la tête, changer le regard, se contortionner parfois sans trop savoir… Et rester sans voix à la vue du résultat.

Vraiment une belle expérience, que j’aurais pu poursuivre, le photographe m’ayant demandé de devenir son modèle. Mais j’ai refusé, le Monsieur ayant une vilaine tendance à laisser ballader ses mains (mais ça c’est une autre histoire).

by

Sexe, sujet tabou ?

22 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

Depuis quelques jours, le blues m’assaille. Et même si je l’aime sous sa forme musicale (surtout lorsque c’est Monsieur Otis qui le chante), ce blues là m’importune. Il me tiraille au point de me retrouver méditant sous ma douche, les yeux rivés sur la vapeur d’eau, la tête assiégée par des pensées contradictoires. Tellement assiégée que j’ai bien du mal à faire le tri dans toutes ces idées, pour vous les livrer de façon intelligible.

Je ne doute pas que les vacances qui se profilent y soient pour quelque chose, puisque comme cet été, elles s’annoncent familiales et donc frustrantes… (sans compter que les suivantes se déclineront sous la même forme, à croire que nos moments d’intimité se font aussi rares que les oasis dans le désert).

Au placard les quelques idées de photo que je pensais réaliser avec mon tendre, au placard mes sextoys adorés… oubliés les forums et blogs où j’aime à discuter, criptés les fichiers compromettants… Vite il faut faire place nette ! Car si le sexe fait partie de ma vie, chutttttttttt il ne faut surtout pas le montrer.

Ne pas montrer, ne pas parler… Se taire. Taire un sujet qui me tient à coeur, que je vous dévoile ici chaque jour sans complexe.

Je trouve cela étrange, voir même paradoxal, qu’avec mes ami(e)s nous puissions aborder toutes les facettes de notre vie : nos joies, nos tristesses, nos coups de blues, nos difficultés familiales ou professionnelles, notre famille, nos enfants, toute notre vie en somme, sauf le sexe. Oh bien entendu nous en parlons sous forme de boutades, nous l’évoquons parfois mais jamais nous ne nous dévoilons sans tabous. Car c’est bien là que le bas blesse : comment avouer à mes amies que je me découvre enfin en tant que femme, que cette démarche entamée voilà quelques mois m’amène à me positionner face à la bisexualité, au libertinage ? Je suis presque sûre que pour certaines, malgré toute l’affection qu’elles me portent, ces mots seraient incompréhensibles.

Alors je me tais. Et pour ne pas que ce silence devienne un fardeau, je m’épenche ici et ailleurs. Ce qui sans conteste doit en choquer plus d’un, comme ce Monsieur sur un autre blog qui disait, je cite : « moi je dis que lorsqu’on en arrive à montrer son cul sur internet c’est vraiment qu’on touche le fond et qu’on a perdu toute forme de respect enfin surtout le respect de soi même…« . INEPTIE !! Pour montrer son cul sur internet, même sous couvert d’anonymat, il faut S’ASSUMER.

fesses_lisbeth_seventy3s« Oh ! n’insultez jamais une femme qui tombe ! Qui sait sous quel fardeau la pauvre âme succombe ! »

Victor Hugo

by

Vocalisation copulatrice #3

5 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags:

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

Vocalisation copulatrice #2

10 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags:

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

Vocalisation copulatrice #1

4 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags:

Lisant un article de masculin.com qui aurait pû de par son titre être prometteur : pourquoi les femmes gémissent-elles pendant l’amour, mon sang ne fît qu’un tour. Simulatrices cherchant à écourter un ébat qui nous ennuie, voilà donc ce que nous sommes ?

Alors certes, je n’ai pas fait de grandes études scientifiques ou psychologiques, mais laissez moi vous donner Messieurs les chercheurs, mon avis de simple femme. Point besoin de me lancer dans un comparatif avec les cris poussés par nos amis babouins…  la vérité est ailleurs.

Soupirs, gémissements, râles, tous ces jeux de gorge sont pour moi une manifestation et une part entière de mon plaisir. Comme le rire éclate dans les moments heureux, comme les larmes coulent dans les moments difficiles, les vocalises s’entendent dans les moments de plaisir.

Et je ne parle pas là que des cris poussés au moment exact de l’orgasme, mais bien des petits bruits qui accompagnent préliminaires et acte sexuel. Parfois, ils peuvent aussi être incontrôlés, comme une soupape de sécurité qui s’enclenche lors d’un coup de rein un peu trop violent, mais la plupart du temps, ils manifestent mon plaisir et y contribuent.

D’ailleurs quand pour une raison quelconque je dois me la jouer discrète (enfants pas encore endormis, amis ou famille dans la chambre contigüe, lieux incongrus…), je me sens frustrée ! Mon plaisir me semble comme endormi, amputé.

Je reconnais que ces bruitages ont pour action directe de stimuler mon mari, d’accroître son égo sûrement aussi (et parfois aussi malheureusement d’écourter nos ébats), mais égoïstement, c’est à moi que je pense en gémissant : MON PLAISIR.

vocalisation«Les cris de jouissance sont une expression du pouvoir féminin dans la sexualité»

Antonio Fischetti

by

Les lèvres de Lisbeth

10 comments

Catégories: Lisbeth se dévoile, Tags: ,

J’imagine déjà très bien la déception de certains lecteurs qui, au titre de ce billet, auraient pu croire que j’allais parler de mes grandes et petites lèvres, photo à l’appui. Et même s’il s’agit bien là de parties charnues, ce sont bien celles de ma face que je souhaite évoquer.

Du bout des lèvres oserais-je vous avouer que, tout comme ma poitrine, ces tissus musculaires sont chez moi un grand complexe. Je les aurais voulu charnues, pleines de charme, glamour. Force est de constater que comme le reste de mes traits, mes lèvres sont fines, extrêmement fines.

Certes, cette finesse globale reflète l’harmonie de ma silhouette. Mais voilà, je suis une femme. Et je ne peux m’empêcher de rêver devant ces bouches pulpeuses, joliment rehaussées de rouge que ces femmes fatales exhibent avec volupté. Oui, vraiment, je rêve de ces lèvres sucrées.

levres_lisbeth_seventy3s« Avance tes lèvres, dit-elle, mes baisers ont le goût d’un fruit qui se fondrait dans ton coeur. »

Sacha Guitry

1 2 3