Archives de Catégorie : Les aventures de Lisbeth

by

Le poncho

5 comments

Catégories: Les aventures de Lisbeth

J’ai un peu froid ce soir, il faut dire que la maison est bien vide sans toi. Pour ne pas frissonner, j’ai enfilé mon poncho bleu, tu sais celui que je portais …

Le poncho

Cela faisait tellement longtemps que nous n’avions pas eu la maison pour nous seuls, sans enfant. Tu sirotais ton café dans le canapé quand je me suis éclipsée dans la salle de bain pour me changer.

Tu n’as pas vu que j’étais revenue emmitouflée dans mon poncho, enfin peut-être n’as-tu juste pas fait attention. Après tout ce n’était pas la 1ère fois que je le portais. Il faut dire que je grelotte souvent le soir après une longue journée de travail, je me réfugie alors dans mon poncho bleu à la recherche de douceur, de chaleur.

Mais ce jour là, j’étais entièrement nue sous le poncho.

Le poncho Lisbeth Seventy3sJ’ai attendu que tu finisses ton café pour te chevaucher, mes mouvements laissant apparaître ma peau blanche au gré des froissements du poncho. Tu as glissé tes mains chaudes sous la laine douce me faisant instantanément frissonner. Mes petits seins pointaient déjà.

Tu les as dévorés tout en me pénétrant. Nos ébats n’ont pas duré longtemps tellement la tension entre nos corps était forte. Mais je me rappelle encore de la chaleur de ta peau, de la douceur du poncho et de la raideur de ton membre.

Lorsque je me suis allongée dans le canapé après la jouissance, je me sentais comblée, heureuse, sereine. Tu m’as prise en photo, des photos qui me rappellent cet état de bien-être.

Le poncho de Lisbeth Seventy3s« Le bien-être est la loi des corps »

Joseph Joubert

by

Mon lion

6 comments

Catégories: Les aventures de Lisbeth, Tags: ,

Tel un fauve guettant sa proie, tu t’es approché à pas feutrés.

Ton corps brûlant s’est glissé sans bruit dans mon dos, réveillant mon désir.

Ta mâchoire féline a parcouru chacune de mes vertèbres, mon cou, mes épaules,  déclenchant une myriade de frissons. Tes mains robustes emprisonnèrent les miennes au dessus de ma tête.

Comme pour me tester, tu m’as doucement mordillée, décuplant ma chair de poule et mon plaisir. Et voyant que je ne cherchais qu’à être apprivoisée, tu as planté tes crocs dans ma nuque. La sensation fût brusque et merveilleuse, comme un éclair de plaisir parcourant tout mon être.

A ce moment précis, j’avais terriblement envie que tu me pénètres, mais tu n’en fis rien. Tu continuas de jouer avec mes nerfs, ne relâchant ta prise que pour la saisir de plus belle. La douleur dans mon cou était chaque fois plus forte, et chaque fois plus merveilleuse.

Je sentais ton membre durci caresser mon sexe brûlant de désir. Je le voulais en moi !

Le lendemain, ne restait de nos ébats que quelques marques sur ma nuque et le bonheur immense d’avoir été ta proie, MON LION !

accouplement-de-lions« Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton. »

Proverbe italien

by

Un bain et plus si affinité

5 comments

Catégories: Les aventures de Lisbeth, Tags: ,

L'article que vous souhaitez afficher peut comporter des éléments exclusivement réservés aux adultes. Si vous craignez d'être choqué par certains types de contenu, ou si vous avez moins de 18 ans, nous vous invitons à ne pas continuer. Si vous souhaitez continuer votre visite et que vous certifiez avoir l'âge légal dans le pays de votre nationalité, veuillez vous connecter pour y accéder.

by

1er resto coquin

7 comments

Catégories: Les aventures de Lisbeth, Tags:

Du virtuel à la réalité, il y a parfois un gouffre, ou tout au moins une appréhension à le franchir liée à la peur de l’inconnu. Trac à l’idée de rencontrer pour la 1ère fois un couple de libertins, crainte de ne pas être à la hauteur des attentes, pétoche de ne finalement pas être à sa place dans ce milieu si particulier.

Et puis finalement, dès le 1er regard devant le restaurant judicieusement sélectionné, les sourires fusent. Pourtant, le mystère sur nos apparences avait été gardé puisque nous avions joué le jeu de ne pas complètement nous dévoiler. Petite touche de malice pimentant cette 1ère entrevue.

Mes noeuds au cerveau questionnements ce sont immédiatement envolés pour laisser place à la convivialité et au charme de cette soirée. Tout était parfait :

  • nos acolytes, charmants, rassurants, éloquents,
  • le cadre, chaleureux, raffiné,
  • le serveur et le sommelier, enjoués, professionnels
  • le repas, simplement divin
  • le vin, exquis et surprenant.

Un moment hors du temps, placé sous le signe des confidences libertines (qui, d’ailleurs, ont parfois dû tomber dans les oreilles de nos voisins de table), de la légèreté et du plaisir des sens, une soirée de « mise à nu ». Mais même si nous étions préalablement d’accord pour limiter cette rencontre à la discussion, nous avions joué le jeu de la séduction en nous parant de nos plus beaux atouts.

L’occasion pour moi, chose rare, d’enfiler de jolis bas nylon délicatement suspendus à un porte-jaretelles. (Observez les bien ces screugneugneu de bas, car les bougres ont déjà filés !! Grrrrrrrrrrr).

resto1_lisbeth_seventy3s« Pour être complètement nue, il eût fallu garder tes bas. »

Raoul Ponchon

by

De femme à femme

7 comments

Catégories: Les aventures de Lisbeth, Tags:

En préparant ce billet, je pensais venir vous parler « mots crus ». Et puis, comme une réponse à Lewis, qui me disait qu’il y a parfois des hasards dans la vie auxquels on ne s’attend pas, ma matinée s’est finalement déroulée d’une toute autre façon.

Je ne sais si les coups de foudre virtuels existent, mais c’est un véritable coup de coeur que nous avons eu mon mari et moi pour cette belle personne (et je ne parle pas là que de beauté physique). Quelques mots échangés de ci de là sur un forum m’ont fait aimer sa personnalité, quelques photos (tantôt de sa poitrine, tantôt de sa bouche voluptueuse, tantôt de ses fesses rebondies…) m’ont fait aimer son corps. Je ne parle ici que de mon ressenti, mais je suis sûre que mon tendre confirmerait ce sentiment partagé.

Tout en elle me plaît. Son humour, sa répartie, sa féminité, son naturel, sa coquinerie… sa folie. Oui c’est ma FOLIE, mon Grain de Folie !

Et quelle folie nous avons partagée ce matin. Tchattant ensemble sur notre feeling inexplicable et mutuel, nous nous sommes plusieurs fois imaginées tous les 3, ce doux fantasme berçant nos nuits. Mais ce matin, j’étais sienne, elle était mienne. Elle m’embrassait tendrement pendant que je lui caressais la nuque. Elle venait dévorer mes seins, jouant allégrement de sa langue sur mes tétons… Puis nous glissions l’une sur l’autre… Tête-bêche, je découvrais son intimité du bout des doigts pendant qu’elle découvrait la mienne. Puis nos bouches remplaçaient nos doigts, allant à la rencontre de nos lèvres, de nos clitoris. Le rythme lent s’accélérait rapidement jusqu’à ce que nous jouissions à l’unissons devant nos claviers.

Car mon plus grand regret le voilà : te savoir si loin ma folie, et ne pouvoir toucher ta peau douce. Mais je me souviendrai à jamais de cette première fois, si virtuelle soit elle : le jour où j’ai joui pour une femme et une femme pour moi.

femmesDois-je encore me poser la question de ma bisexualité ?